Test Resident Evil 2 ( PS4, Xbox One et PC) - Materiel-Gamer

Test Resident Evil 2 ( PS4, Xbox One et PC)

Resident Evil 2 l’analyse du remake pour PS4, Xbox One et PC

 
Nous avons testé le Remake de Resident Evil 2  pour PS4, Xbox One et PC, le remake d’un classique du survival horror reste fidèle à sa version PlayStation 1 (qui a 20 ans) mais avec les graphisme les contrôles et le script mis à jour.


Resident Evil 2 - Edition lenticulaire - Exclusivité Amazon
  • Edition lenticulaire proposant un effet 3D sur la jaquette
  • Exclusivité Amazon
Resident Evil 2 - Edition lenticulaire - Exclusivité Amazon
  • Edition lenticulaire proposant un effet 3D sur la jaquette
  • Exclusivité Amazon
Sale
Resident Evil 2 pour PC
  • Vue à la 3ème personne : Gameplay plus moderne et immersif
  • 2 personnages jouables / 2 scénarios : Incarnez Léon ou Claire dans 2 scénarios propres
  • RE Engine : Des zombies et des décors comme vous n’en n’avez jamais vus
  • Localisation des dégâts : chaque balle compte, visez au plus juste !
  • Plusieurs modes de difficulté : du débutant au vétéran

Resident Evil 2, un chef-d’œuvre ?  

 
Comment reconnaître un chef-d’œuvre ? Cela fait plus de vingt ans que nous avons joué à Resident Evil 2 sur PlayStation, et nous nous souvenons encore de chaque instant comme si c’était hier ; des zombies rampant dans les rues de Raccoon City baignant dans la lumière du feu, le bruit du verre brisé et des corps se précipitant dans l’arsenal du Kendo ou la terrible vidéo CG où l’on pouvait voir licker, la plus horrible création de Umbrella Corporation à ce jour.

Ces séquences étaient si choquantes qu’elles font maintenant partie de l’imaginaire populaire des jeux vidéo. Et c’est pourquoi ce remake de Resident Evil 2 pour PS4, Xbox One et PC est précédé par tant d’attentes. Mais cette nouvelle version peut-elle être à la hauteur de l’originale ?
Si le jeu PlayStation est l’œuvre de deux talents tels que le producteur Shinji Mikami (Resident Evil, Shadows of the Damned, The Evil Within) et le réalisateur HIdeki Kamiya (Bayonetta, Devil May Cry), c’est Jun Takeuchi qui a travaillé comme designer sur le premier, qui était responsable de la production.
L’équipe a pris le temps nécessaire, depuis son annonce en 2015, et a progressivement révélé ce que nous allons trouver (bien qu’à notre avis elle en ait montré trop) et nous invite maintenant à accompagner à nouveau Leon S. Kennedy et Claire Redfield dans cette aventure cauchemardesque, qui a consolidé les bases du genre.

Les meilleurs jeux d’horreur de 2019

Si nous devons chercher un précédent, le plus similaire est peut-être la version de Dracula réalisée par Francis Ford Coppola. Les deux sont une interprétation d’un classique de l’horreur, le film et le jeu sont très fidèles au matériel original, mais tous deux ont su s’adapter à un langage moderne, et sont plus ambitieux dans au niveau audiovisuel.
Resident Evil 2 était un hommage parfait à la trilogie de George A. Romero au cinéma (La Nuit des morts vivants, L’Aube des morts et Le Jour des morts). Le style de jeu, avec des personnages tridimensionnels se déplaçant sur des scénarios pré-rendus, était parfait pour refléter ces ennemis lents mais implacables.
De plus, le système de caméra fixe nous maintenait constamment sous tension parce que nous ne savions pas où le prochain monstre pourrait s’approcher. Et pour couronner le tout, la vidéo était la plus avancée que nous ayons vue à ce jour. Le remake reproduit les mêmes sensations.

Apocalypse Zombie

Nous sommes toujours confrontés à une pure survival horror, dans laquelle l’exploration et la lutte contre les créatures d’Umbrella sont aussi importantes que la fuite ou une bonne gestion des stocks de munitions. Dans ce cas, la caméra est placée sur l’épaule du protagoniste et les commandes sont beaucoup plus intuitives.
Les temps de chargement entre les pièces – avec les portes caractéristiques – ont disparu et nous pouvons utiliser une lampe de poche pour explorer les endroits les plus sombres. Mais presque tout le reste est préservé. Non seulement les personnages et les scénarios, mais aussi l’utilisation de malles pour ranger les armes, les plantes et les clés, ou de machines à écrire pour sauvegarder le jeu.

Différences entre remake et remaster de jeux vidéo

 

Bien sûr, la possibilité de jouer successivement avec la recrue “flic” Leon Kennedy ou Claire Redfield, qui part à la recherche de son frère Chris disparu à la fin du premier Resident Evil, reste une de ses caractéristiques. Les deux personnages partagent le prologue et se rencontrent à quelques reprises au cours de l’aventure, mais chacun a des éléments uniques et visite des endroits exclusifs.
Dans le cas de Léon, nous avons aussi pris le contrôle d’Ada Wong (dont le caractère est plus profond que dans l’original) et pendant l’aventure de Claire, nous avons accompagné Sherry Birkin, la fille du Dr William Birkin, pendant quelques minutes.
Et peut-être que les niveaux mettant en vedette le petit Sherry (qui n’est pas armé, et qu’il faut cacher) sont les plus “risqués” dans ce remake, car en général on a le sentiment que le reste a été adapté avec trop de détails. En fait, à plusieurs reprises, nous nous sommes trouvés à anticiper ce qui allait se passer ( bien que cela dépende de notre connaissance de l’original, si vous n’y avez jamais jouer, vous n’aurez pas ces problèmes)
Mais revenons aux changements : le système de visée – sur la variante introduite par Resident Evil – a un petit plus : si vous visez une cible pendant un certain temps, elle devient plus précise et les tirs ont un plus grand effet, comme “récompense” de la concentration. Il récupère également la possibilité d’équiper une arme secondaire (couteau de combat, grenades à main ou grenades éclair) pour se débarrasser d’un zombie quand il vient vers nous (comme dans le remake du premier RE). Et si nous jouons en mode facile, nous pouvons opter pour un système d’économie automatique, sans avoir besoin d’utiliser les machines.
Les puzzles se sont aussi beaucoup améliorés (à base de serrures, clés et fusibles de l’original) et les confrontations finales, contre les différentes évolutions des armes biologiques de Umbrella (et pire encore) se sont révélées plus équilibrées. De plus, l’intrigue est moins naïve, avec des personnages plus crédibles et une histoire solide.
 

Durée et extras

Bien sûr, c’est la version dont n’importe quel fan de l’original aurait rêvé, et une démonstration que l’horreur de survie dans le sens classique du terme peut encore fonctionner. Mais bien sûr, cela a aussi ses inconvénients. La première est que nous pouvons terminer le jeu en moins de dix heures (les deux aventures).
Nous pouvons toujours rejouer au jeu, changer l’ordre dans lequel nous sélectionnons les protagonistes, et aussi déverrouiller le mode spécial “Le 4ème survivant” dans lequel nous contrôlons un membre des forces spéciales, Hunk, qui doit retourner des égouts au poste de police (avec un nombre limité d’armes, herbes et munitions). Il n’est pas le seul personnage qui peut être déverrouillé, avec d’autres extras tels que des costumes supplémentaires pour Léon et Claire, de nouvelles armes ou des dessins d’objets, des personnages et des scénarios.

En plus  des trophées habituelles, Resident Evil 2 incorpore un système de défis qui lui est propre, et si nous sommes connectés à Internet, le réseau RE propose des défis hebdomadaires, afin que nous puissions démontrer notre maîtrise en retournant ces créatures dans la tombe.
Et le premier de ces modes supplémentaires a déjà été dévoilé, qui sera gratuit pour tous les joueurs : c’est The Ghost Surivors, et nous permet de jouer avec différents personnages (comme Robert Kendo ou Katherine, la fille de Police Chief Irons) dans des situations aléatoires du jeu. Il s’agit de rester en vie et d’obtenir de l’argent – que nous pouvons investir dans un magasin sans microtransactions – pour acheter des armes et du matériel.
Non seulement c’est une façon de multiplier la durée du jeu, mais cela nous donne une autre perspective de ce qui s’est passé à Raccoon City cette nuit-là.

Un jeu classique mais une technologie moderne

Le moteur graphique RE Engine, développé par Capcom lui-même, est très performant. C’est le même moteur utilisé dans Resident Evil 7 Biohazard, et dans ce cas il brille avec des détails tels que le démembrement des zombies. Les tirs à la tête sont ceux qui facilitent l’abattage des ennemis, mais nous pouvons faire sauter (avec le bon calibre) les bras et les jambes, ou même diviser les corps en deux.

Un jeu gore

Au cas où le paragraphe précédent ne serait pas assez clair, le niveau de “gore” que l’on retrouve dans Resident Evil 2 est assez sauvage, et contribue à une ambiance fantastique. Il en va de même pour l’éclairage et la partie son en général. Dans ce sens, nous devons faire deux notes, la première est que nous aurons la possibilité de choisir entre la nouvelle bande son ou les chansons classiques.
Deuxièmement, il y a une partie de la communauté qui, après avoir joué la démo de 30 minutes, s’est plainte du doublage en français. En ce qui nous concerne, les voix sont d’un grand niveau – le ton de Sherry Birkin est peut-être le moins adapté au reste – mais c’est une question de goût. Nous avons toujours la possibilité de sélectionner les voix en anglais et de jouer avec les sous-titres.

Un remake parfait

Quand Resident Evil 2 est apparu il y a presque 21 ans, je l’ai joué de façon presque obsessionnelle. Il avait une combinaison parfaite entre le développement de la première partie et un style cinématographique, et a ajouté de nouvelles créatures aux zombies, cerbères, chasseurs et tyrans de la première partie. Elle a également exploré pour la première fois le sentiment d’angoisse auquel nous soumet la persécution incessante de M. X.
Et le mieux que nous puissions dire de cette nouvelle version est qu’elle rend justice à l’original. Du poste de police de Raccoon City, en passant par les égouts, jusqu’au laboratoire NEST d’Umbrella nous a permis de retrouver ces sensations. Ce n’est peut-être pas une expérience aussi terrifiante (il est à noter qu’elle a légèrement dérivé vers l’action), mais tout ce qui a fait de l’ancienne version un chef d’oeuvre demeure.
Le contrôle adapté, la partie technique et les améliorations du scénario, qui établissent mieux certaines situations et dialogues, sont suffisants pour que ceux qui vont vivre cette expérience pour la première fois la perçoivent aussi comme un développement nouveau et actuel.
Et inévitablement, après avoir plongé dans le RE 2, nous en redemandons. J’espère que ce n’est que le premier des autres remakes de la saga, qui gagnerait beaucoup avec le même traitement. Sans aucun doute, c’est le premier grand jeu de 2019, et un chef-d’œuvre du genre.
 

ÉVALUATION

Capcom nous a donné toute une leçon de remake. Fidèle à l’original dans le développement de l’horreur de survie, avec une reconstitution parfaite des personnages et des lieux, et un système de contrôle actualisé et plus accessible. Un des meilleurs jeux d’horreur de tous les temps “ressuscité”.

Notre note: 9/10

Total
0
Shares
Previous Post

HyperX Predator DDR4 : un record d’overclocking à 5 608MHz

Next Post

Mad Box, la console la plus puissante?

Related Posts